ALIMENTATION OU LA 3ème MÉDECINE

Alimentation

  • ALIMENTATION : Bien qu'il apparaisse raisonnable d'exiger des aliments sains, susceptibles de satisfaire les besoins de nos enfants seule la référence « scientifique » et médiatique aurait permit de rassembler suffisamment de parents pour exiger des élus qu'ils veillent à la qualité de l'alimentation  à la cantine scolaire. Au lieu de quoi, après dix années de réunions, et démarches en tous genres aucun changement n'a été obtenu, et les enfants continueront à manger des repas fabriqués 48h à l'avance, dans une usine, à base de produits issus du génie de l'industrie agroalimentaire. De nombreux médecins, nutritionnistes, naturopathes, ont depuis longtemps démontré le lien étroit et indissociable entre alimentation et santé. Est-il utile de rappeler  qu'Hippocrate, père de la médecine disait il y a déjà un siècle et demi  « Que l'aliment soit ton seul médicament « .

Le professeur Jean Seignalet en fait une brillante démonstration, tant au niveau de la théorie, conforme à la thèse de l'évolution, que des résultats obtenus sur plusieurs milliers d'individus atteints de pathologies dont la médecine conventionnelle  admet  l' échec des thérapeutiques médicamenteuses. Au regard  de ces résultats, comment tolérer et ne pas s'insurger devant l'incohérence d'une politique de santé dont on ne cesse de nous annoncer la priorité de la prévention ? A quand des repas de qualité dans les cantines, les maisons de retraites, les hôpitaux ? – de telles revendications sont-elles extrémistes ?

PSYCHOLOGIE DES PROFONDEURS

  • PSYCHOLOGIE :
  • En mettant en lumière l'existence de l'inconscient, C.G JUNG aurait pu permettre une orientation bien différente de notre civilisation. Le choix qui a été fait de privilégier uniquement, dans les facultés de psychologie le travail de Freud, nous a privés de cette révolution. L'homme moderne se croit libre, et revendique le libre choix, le libre arbitre, mais en réalité sa liberté n'est qu'illusoire au regard de la prédominance des schémas mémorisés dans son inconscient et qui déterminent en réalité la majorité de ses expériences tout au long de sa vie. Grâce à lui, nous voici débarrassés du « hasard », de la fatalité, et enfin libres et responsables nous pouvons assumer notre vie, et conduire notre avenir.  Prendre conscience de notre inconscience s'avère être la plus importante révolution pour ce XXIème siècle, conformément à ce que Malraux avait prédit « qu'il serait spirituel ou ne serait pas »

En effet le travail de ce grand scientifique nous permet de réconcilier la science et la spiritualité ; l'Orient et l'Occident. Le corps et l'âme peuvent enfin cheminer  ensembles à la  recherche de leur unité pour le plus grand bien de l'humanité, notamment grâce à son plus fidèle messager : le rêve.

 

Dans la lumière de ce travail, toutes les empreintes mémorisées apparaissent comme vitales et déterminantes pour l'ensemble de la vie d'un individu. Particulièrement l'empreinte laissée par les rapports que nous entretenons avec nos parents, et notamment notre mère. L'Amour qu'elle aura su nous témoigner s'avère être tout à fait déterminant, sans nier la notion de « résilience » chère à M. Boris Cyrulnick.

« Je suis convaincu que l’étude scientifique de l’âme est la science de l’avenir. La psychologie est la plus jeune des sciences naturelles et son développement

 n’a pas encore franchi le stade des premiers pas. Elle n’en constitue pas moins la science qui nous est la plus indispensable ; il apparaît en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante, que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers. La cause en est simple : il n’existe encore aucune protection efficace contre les épidémies psychiques ; or, ces épidémies-là sont infiniment plus dévastatrices que les pires catastrophes de la nature ! « ….

« C’est pourquoi il faut ardemment souhaiter que la psychologie, ses connaissances et ses conquêtes, se répandent à une échelle telle que les hommes finissent par comprendre d’où proviennent les suprêmes dangers qui planent sur leurs têtes. Ce n’est pas en s’armant jusqu’aux dents, chacune pour leur compte, que les nations pourrons à la longue se préserver des effroyables catastrophes que sont les guerres modernes. Les armes amoncelées réclament la guerre ! Ne serait-il pas préférable, au contraire, à l’avenir, de se défier et d’éviter les conditions – maintenant dépistées – dans lesquelles l’inconscient brise les digues du conscient et dépossède celui-ci, faisant courir au monde le risque d’incalculables ravages ?

J’espère que ce livre contribuera à éclaircir ce problème, fondamental pour l’humanité. »

                  C.G JUNG  Janvier 1944


 

 

 

LA BIOLOGIE DE L'AMOUR

Si de tous temps, l'amour a été reconnu comme essentiel au bonheur, nous prenons conscience avec Arthur Janov qu'il n'est pas seulement des mots, mais surtout des actes.

Aimer son enfant c'est combler ses besoins, et ce dès la gestation. Dans la « BIOLOGIE DE L'AMOUR », ce scientifique de renommée internationale permet à L'AMOUR de prouver que son existence ou son absence est essentiel et déterminant dans l'élaboration des fonctions cérébrales d'un être vivant. Par conséquent, tout doit être fait pour que cela soit dit haut et fort afin que chaque enfant  ait ce dont il a besoin et droit c'est le seul gage d'une évolution solidaire et fraternelle des  GENERATIONS A VENIR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site